L'orgueil des lourds anneaux, la pompe des parures,


Mêlent l'éclat de l'art à ton charme pervers,


Et les gardénias qui parent les hivers


Se meurent dans tes mains aux caresses impures.



Ta bouche délicate aux fines ciselures


Excelle à moduler l'artifice des vers:


Sous les flots de satin savamment entr'ouverts,


Ton sein s'épanouit en de pâles luxures.



Le reflet des saphirs assombrit tes yeux bleus,


Et l'incertain remous de ton corps onduleux


Fait un sillage d'or au milieu des lumières.



Quand tu passes, gardant un sourire ténu,


Blond pastel surchargé de parfums et de pierres,


Je songe à la splendeur de ton corps libre et nu.



                                                                                -- Renée Vivien --